100% NEWS

L'actualité du peuple par le peuple. Partagez vos news avec plus de 100 pays dans le monde !!

100% NEWS, l'actualité du peuple par le peuple
CANAL+ le ZAPPING, vous propose le meilleur de toutes les chaînes, tous les jours.
DAYLIMOTION, Regardez gratuitement des vidéos de qualité sur notre site chaque jour.
Audrey AKPAMA, votre nouvelle Responsable en communication - Tél: +33 6 12 88 65 93
Isabelle DEMETTRE, votre nouvelle Responsable en image web - Tél: +33 6 25 45 42 76
Thibaut-Marc CAPLAIN, votre nouveau Consultant pour vos affaires - Tél: +33 6 16 62 85 35
Sarl CABINET CTM, votre nouveau Cabinet de consulting - Tél: +33 6 25 45 42 76
MASTER BUSINESS 3.0, votre nouveau réseau social B to C - www.master-business.francais.tv

Zoom International


VIADEO RECORDING:

Notre Partenaire



Site appartenant à:
- Sarl CABINET CTM


Vous souhaitez investir ?
Prenez rendez-vous pour découvrir nos projets au:
+33 6 16 62 85 35

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Notre Collaborateur


Lycée Henri Martin

Classe Audio-Visuelle
1 Rue Gabriel Girodon
02100 Saint-Quentin

Tél: 03 23 06 38 38
Site: www.lyceehenrimartin.fr

Notre Partenaire



Site appartenant à:
- Sarl CABINET CTM


Vous souhaitez investir ?
Prenez rendez-vous pour découvrir nos projets au:
+33 6 16 62 85 35

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 172 le Lun 6 Oct - 11:18

Notre Collaborateur


Lycée Henri Martin

Classe Audio-Visuelle
1 Rue Gabriel Girodon
02100 Saint-Quentin

Tél: 03 23 06 38 38
Site: www.lyceehenrimartin.fr

Sondage

Vous êtes de quel continent ?
25% 25% [ 10 ]
35% 35% [ 14 ]
10% 10% [ 4 ]
20% 20% [ 8 ]
10% 10% [ 4 ]

Total des votes : 40

Août 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

CANAL PLUS



CANAL+

Sport
Cinéma
Séries
Info/Divertissement
Clique
Bref
Cartes de voeux

© 2009 – 2999 CABINET CTM

est estimé à:
• € 106.388,85 •

Rapport sur la #déradicalisation : « il n’y aura pas de miracle »

Partagez
avatar
Isabelle DEMETTRE
Consultant(e) junior
Consultant(e) junior

Féminin Scorpion
Messages : 114

Feuille de personnage
Sarl Cabinet CTM:
23022017

Rapport sur la #déradicalisation : « il n’y aura pas de miracle »

Message par Isabelle DEMETTRE

La prise en charge de la déradicalisation en France est un « échec », selon un bilan d’étape d’une mission d’information sénatoriale rendu public mercredi.


C’est un rapport qui intervient alors que le constat est désormais entendu : la prise en charge de la déradicalisation en France est un « échec » et les pouvoirs publics doivent changer de « concept ». La sénatrice écologiste Esther Benbassa et sa collègue Les Républicains (LR), Catherine Troendlé ont remis, mercredi 22 février, leur rapport d’étape de leur mission d’information baptisée « Désendoctrinement, désembrigadement et réinsertion des djihadistes en France et en Europe ». Le rapport final, dont les travaux ont débuté au printemps 2016, devrait être publié en juin.

Dans ce point d’étape, les deux rapporteures dressent un bilan global peu flatteur de la politique de déradicalisation et en particulier du centre dédié de Pontourny (Indre-et-Loire), où elles se sont rendues. « C’est un fiasco complet, tout est à repenser, tout est à reconstruire », a commenté le président de la commission des Lois du Sénat, Philippe Bas.

Un climat d’urgence

Pour comprendre les raisons de cet « échec », il faut remonter quelques années plus tôt, à l’automne 2014, période à laquelle l’exécutif a mis en place ses premières mesures pour endiguer le phénomène de radicalisation latent en France, et qui conduit déjà certains jeunes sur les terres de l’organisation Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

Les mois suivants verront se succéder une série d’attentats (en janvier puis en novembre 2015) et de tentatives d’attentats, notamment l’attaque ratée du Thalys par Ayoub El Khazzani et celle de Villejuif par Sid Ahmed Ghlam.

C’est dans ce contexte de menace diffuse que le gouvernement s’attaque au dossier ardu de la « déradicalisation » – terme désormais décrié au profit du « désendoctrinement » ou du « désembrigadement ». Un contexte d’urgence, qui n’incite pas les autorités à prendre les bonnes décisions, selon Mme Benbassa.

« Le gouvernement était en panique à la suite des attentats. Et c’est la panique qui a guidé ses actions. Le temps du politique est court, il fallait rassurer la population », rappelle la sénatrice Europe Ecologie-Les Verts, qui se défend d’avoir réalisé un « réquisitoire » contre la politique de désendoctrinement mis en place par le gouvernement, mais qui revient point par point sur les différentes méthodes utilisées, soulignant à chaque fois leur limite.

« Business »

Mme Benbassa fustige d’abord les associations sollicitées par l’exécutif pour amorcer des programmes de déradicalisation partout en France. « Ces associations ne connaissaient pas la question, elles se sont juste engouffrées dans la brèche, en menant des actions qui n’étaient pas à la hauteur des défis », estime la sénatrice, qui évoque à plusieurs reprises « le business de la déradicalisation » où « ceux qui y croient sont ceux qui en vivent ».
A ces associations se sont ajoutés « des pseudos spécialistes », ajoute Mme Benbassa, refusant toutefois de donner des noms.

Mais dans l’univers de la déradicalisation, un nom est désormais connu de tous, celui de Dounia Bouzar, qui a d’ailleurs vu son patronyme détourné (« bouzarisme », « bouzarisation » et même « bouzarologie ») pour railler ses méthodes, reposant notamment sur l’évocation de souvenirs heureux de jeunesses pour ramener les individus endoctrinés dans le droit chemin. Une méthode qui ferait fi de la variable religieuse dans l’embrigadement des jeunes. « Leur comportement n’était pas seulement celui des adeptes d’une secte, mais aussi celui de jeunes sous l’emprise d’une vision radicale de l’islam », réagit la sénatrice écologiste.

Concernant le « business de la déradicalisation », Mme Bouzar est également visée : elle a touché jusqu’à 833 000 euros en différentes tranches pour toutes ses missions. Son bilan est pourtant contrasté, de nombreux ont confié que leurs enfants sont repartis en Syrie après avoir fait l’objet d’un suivi dans son centre.

« On a laissé faire ses associations en leur faisant confiance », résume Mme Benbassa. Si Dounia Bouzar a cristallisé autour d’elle toutes les controverses, elle est loin d’être la seule à avoir été décriée par les pouvoirs publics.

A l’image des détraqueurs de Dounia Bouzar, les rapporteures du rapport réclament une « évaluation indépendante » des méthodes auxquelles ont recours les associations pour « désembrigader » leur public.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/02/23/rapport-sur-la-deradicalisation-il-n-y-aura-pas-de-miracle_5084014_3224.html
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking


    La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 1:46